Défense des revendications et transformation sociale

Indépendance

Démocratie

Tous ensemble

Solidarité

Nouveau dossier: "Élections professionnelles CSE" dans la section Adhérents.

 

SYNDICAT SUD CHIMIE

Rouen, le 09 avril 2019

 

UN MILITANT SYNDICAL SUD CHIMIE VICTIME D’UNE TENTATIVE DE LICENCIEMENT

 

La direction d’Avitair, société responsable de l’avitaillement[1] des avions sur la plateforme de Nantes Atlantique a décidé de préparer les élections qui marqueront le passage au CSE à sa manière : en tentant  de licencier l’un des principaux animateurs de la jeune section SUD Chimie de l’entreprise !

Pour cela, elle n’hésite pas à profiter d’un incident survenu il y a quelques jours. Le 25 février dernier, notre camarade, en poste de nuit (poste isolé) a eu une altercation avec un employé d’une autre société qui intervient sur la plate-forme. Cet employé a débarqué sans aucune autorisation sur le lieu de travail de notre camarade, lieu de travail dangereux dont l’accès est, conformément à la législation, dument régulé.

S’en est suivi un échange vif qui a dégénéré avec un coup porté par notre camarade dans une attitude d’auto-défense (rappelons qu’il était seul à son poste face à une personne non autorisée dont le comportement était agressif).

La direction d’Avitair, officiellement pour céder aux pressions de son partenaire sur la plateforme, décide alors d’une mise à pied conservatoire pour notre camarade dès le lendemain. Comme s’il représentait un danger pour l’entreprise ou ses collègues !

A partir de là, la direction déroule la procédure : convocation à un entretien préalable à licenciement le 7 mars au siège parisien. Notre camarade, élu du personnel est à ce titre « salarié protégé », c’est à dire que l’employeur doit respecter une procédure particulière qui consiste dans un premier temps à consulter le Comité d’Entreprise et ensuite de demander à l’Inspection du travail l’autorisation de procéder au licenciement.

Le 8 mars s’est tenu la séance du Comité d’Entreprise durant laquelle notre camarade a pu s’expliquer et donner sa version des faits. Mais les dés étaient visiblement pipés puisque la direction a pu compter sur la servilité des élus du CE majoritairement CGT qui ont tous voté pour le licenciement ! Seul un élu du CE a voté contre.

Il est hors de question de cautionner cette mascarade et de laisser une direction et ses complices briser un militant et par là même faire obstacle à l’implantation d’un syndicat de lutte dans l’entreprise !

[1] L’avitaillement consiste à assurer la fourniture de carburant pour les avions

                                         Archives

Tous les éditos….