Défense des revendications et transformation sociale

Indépendance

Démocratie

Tous ensemble

Solidarité

Nouveau document consacré aux comptes de l'entreprise et leurs enjeux en partie adhérents

SYNDICAT SUD CHIMIE
SUD CHIMIE
8, rue de la Savonnerie
76000 ROUEN
06.81.33.62.89

 

 

Le 5 février 2020

Sanofi est mis en examen pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires » dans une procédure judiciaire lancée initialement en 2016 au sujet de la Dépakine. Ce médicament antiépileptique est à l’origine d’un risque élevé de malformations congénitales gravissimes et de troubles autistiques sur les foetus exposés in-utero.

Ce médicament a été mis sur le marché dans les années 1970 et son efficacité n’est pas remise en cause ; c’est le défaut d’informations et le manque de réactivité qui sont reprochés à l’entreprise.

Ces dernières années, au fil des différents procès, Sanofi admet l’implication de la Dépakine dans les malformations et le défaut d’information mais accuse les autorités de santé d’en être responsables. Oui, les défaillances des autorités de santé existent mais en aucun cas cela n’exonère Sanofi de ses propres responsabilités.

Quand l’entreprise Sanofi veut informer efficacement les médecins, les patientes et les acteurs du monde médical sur les bienfaits de ses médicaments, elle sait le faire via sa « force de frappe » marketing. Pourquoi n’avoir pas fait la même chose pour alerter sur les dangers de la Dépakine ?

Pourquoi le géant pharmaceutique refuse-t-il de reconnaitre sa part de responsabilités ? Pour des histoires de gros sous évidemment ! D’après les projections de l’ANSM, basées sur le nombre de femmes enceintes exposées au produit, 35000 personnes pourraient être victimes de la Dépakine. Au vu de l’importance des handicaps potentiels, le coût de l’indemnisation pourrait atteindre des montants faramineux. Sanofi ne veut évidemment pas payer et préfère que l’indemnisation soit assurée par de l’argent public.

SUD Chimie soutient le combat exemplaire des victimes de la Dépakine et demande à Sanofi d’assumer ses responsabilités en alimentant le fond d’indemnisation mis en place par le ministère de la santé.

Rassurons les investisseurs et les salariés de Sanofi : quand on est capable de distribuer des milliards d’euros chaque année aux actionnaires, c’est que l’on a les moyens de régler une telle facture sans compromettre son avenir !

SUD chimie est conscient que le risque zéro n’existe pas lorsqu’il s’agit de médicaments. Cependant, si l’industrie pharmaceutique n’était pas soumise aux intérêts financiers, nous n’assisterions pas à des scandales sanitaires à répétition.

 

Tous les sites SUD CHIMIE.

Dunlop                                                                                                                                                                                                           Solidaires 29                                                                                                                                                                                             Bridgestone                                                                                                                                                                                                               FLINT Group                                                                                                                                                                                                           Sud Chimie Solidaires 31

  Archives

Tous les éditos….

Les manifestations en photos…